samedi 9 décembre 2006

Dans ses yeux je voudrais voir

j'aimerais apercevoir
tout ce qui manque à mon coeur noir
des futilités qui adoucissent l'âme
et des indispensables à ma flamme

des soirs d'été sur la terrasse
des mots voilés ou dits à voix basse
des confidences tendres ou des souvenirs
et croire qu'on veut me l'entendre dire

des mers calmes et lisses comme du satin
une bouche qui me dévore comme un bon pain
des mains qui soignent les bleus et les maux
qui apaisent ma vie rien qu'en glissant sur ma peau

des litres de pluie et des vents déchaînés
des bras qui m'entourent comme un bébé
une couverture posée à même le sable
deux corps enlacés, affrontant le même diable

une fraise mûre et sucrée
dégoulinante de son jus d'été
deux bouches qui se la partagent
deux langues qui se lient sans ambages

un plongeon dans l'océan glacé
la surprise de mon derme herissé
et la douceur d'un corps chaud
m'envelopper, me servir de manteau

un dîner aux chandelles romantique
sans aucun courant éléctrique
si ce n'est celui dans nos regards
soulés d'un désir presque barbare

des promenades main dans la main
retrouver des vieux airs et des refrains
ceux qui nous rapellent l'aisance
avec laquelle on a traversé la petite enfance

des heures de corps à corps
comme une frénésie sans temps morts
des feux qui couvent éternellement
et s'emboîter comme par enchantement

des mouchoirs des draps et des puits
pour contenir mes sources pas taries
une écoute une présence et un regard
même quand je suis hagarde et sans fard

une canne une épaule un tronc
pour quand la santé me fera faux bond
du courage de la force et de la rage
quand mon corps sera en décrochage

de l'amour de l'écoute et de la sagesse
du jeu des rires et mille promesses
pour mes moussaillons tenir bon
calmer la mer, retenir l'agitation

une tête bien faite, un semblable digne
honnête et juste, jamais au delà de la ligne
des conversations qui durent mille ans
des idées échangées, des débats passionnants

de l'exigeance pour soi même
comme ce soir j'en écris l'emblême
des leçons des combats sans dépôt de bilan
de la pugnacité de la force et du cran

Pour ce regard aux mille ingrédients
faudra t il quérir mille chalands?
revoir à la baisse ses goûts culinaires
ou puiser dans son propre frigidaire?

5 commentaires:

Pourquoi moi? a dit…

Qu'espérer d'autre? Le plus beau 'wish' que j'aie lu.

Tu trempes ton stylo dans ton coeur, toi.

Puisses-tu trouver ta merveille sans trop faire de compromis... Que les nécessaires!!

DesCrisEnLigne a dit…

Je suis heureuse que tu m'aies pas dit: "tu crois encore au Père Noel toi, à voir ta wish list"!
Quelque part doit y avoir un regard comme celui là, faut juste que je le cherche convenablement ou que j'apprenne ceux que j'ai déjà croisés

Pourquoi moi? a dit…

Il me semble qu'il faut croire. Il doit bien y avoir plusieurs personnes qui correspondent d'assez près à l'idéal qu'on se fait.

J'y crois.

M a dit…

J'adore cette wish list...
moi, j'y crois encore.

et au Père Noël aussi!

Doparano a dit…

N'est pas ce qu,on souhaite tous .... Quelle belle liste!!

Ne jamais cesser de croire. JAMAIS