mercredi 6 décembre 2006

Toutes ces autres que je suis

On a tous nos côtés cachés. Ceux que l'on garde jalousement pour soi dans un jardin secret ou ceux que l'on taît car ils ne nous avantagent pas.

Mon jardin secret je le partage avec vous, je vous y confie mes peines, mes joies, mes sourires et mes émois. Vous êtes les spectateurs "privilégiés" d'une tranche de vie que la plupart ont ignorée.
Mais je ne serais pas honnête en ne vendant que le côté pile de la marchandise.
Je suis faite de plein de facettes, certaines qui me mettent en valeur, d'autres moins.
Quelqu'un qui me connaît très bien et qui après la lecture de mon blog m'encensait récemment, m'a fait réfléchir.
Suis je réellement comme on me perçoit? Ou est ce que je ne donne que mes bons aspects?
Comme quand j'ai une décision à prendre, je vais "peser" le pour et le contre, comme un tableau avec un actif et un passif, mais sans complaisance.

J'ai l'art de m'énerver pour des broutilles, des histoires de poils dans la baignoire ou de portes de placard non fermées pour la 12 ème fois dans la journée. Je ne suis pas du genre à bouder, je ne supporte pas ça, pour moi l'indifférence est je crois ce qui me blesse le plus, alors j'explose. Avec les années j'ai appris à me canaliser, à faire mon "Muroroa" à moi, je vais plus loin, je me lance dans une activité qui me demande beaucoup d'énergie et ça fait retomber mes chaleurs.
Mais pas toujours, alors je m'emporte, devant mes enfants parfois et il n'est pas rare de voir deux paires d'yeux bleus complètement decontenancés me dévisager sans comprendre, car pour eux le méfait n'est pas proportionnel avec l'explosion. Pour moi non plus avec le recul...
Aussi, une paire d'yeux bruns qui me dit "ok, zen, n'en parlons pas surtout, je vais faire ce que tu veux". Une fuite, mon Homme a horreur des conflits, bien plus horreur que moi encore, donc il fait ce que je lui demande sans en discuter, même si je n'ai pas totalement raison, même s'il a des arguments à m'opposer.
Et alors j'obtiens ce que je veux, sans guerre et ça me laisse un goût amer. Car il n'y a rien qui m'insupporte plus que le fait de gagner sans honneur. Avoir gagné juste parce que l'adversaire a décidé que ça lui rentrerait par l'oreille droite à du 80km/h et que ça ressortirait aussi vite par l'oreille gauche à du 220km/h, m'agace.
Mais n'a t il pas raison après tout??

J'ai aussi la fâcheuse tendance de diriger. Perfectionniste dans tout ce que je fais, je préfère accomplir moi-même les tâches plutôt que déléguer et devoir expliquer 10 fois comment il faut faire. Et finalement le refaire parce que ce n'était pas à mon goût...
Bien entendu je peux aussi par temps d'orage, reprocher à l'autre de ne pas m'aider.
En 16 ans, mon mari m'a dit une seule fois et sur un sujet sur lequel il avait tort, "mais quoi que je propose, je ne suis pas sûr que ça t'ira alors je préfère te laisser faire".
Sur ce sujet là précis, qui est celui des vacances, que j'organise tous les ans, sans oublier le moindre détail, pour que tout mon monde soit ravi et qui convient parfaitement à tous les protagonistes, il m'a dit que tout ce qu'il m'avait proposé ne m'avait pas convenu.
Il ne s'en est jamais occupé et évidemment sur le moment j'ai réagit violemment, mais plus tard j'ai compris que c'était un exemple maladroit certes mais quand même représentatif de mon monde de fontionnement.
Depuis toute petite, je me gère, moi et les autres. Alors j'ai sûrement du mal à laisser quelqu'un d'autre le faire à ma place mais j'ai aussi du mal de ne pas être aidée...
Paradoxe quand tu nous tiens.

Néanmoins, je suis quelqu'un de loyal et généreux. Mon coeur saigne devant la tristesse des autres et je suis capable de tout quitter séance tenante pour aider quelqu'un dans le besoin.
ça m'a souvent joué des tours d'ailleurs, j'ai été déçue plus souvent qu'à mon tour, mais je persevère, j'ai confiance dans le genre humain malgré tout.

J'ai aussi la diplomatie en moi, cette façon de réussir à désamorcer les plus grandes querelles, du moins celles des autres.
Une amie à moi, récemment disparue m'a un jour dit, j'avais alors 18 ans: avec ton sourire et ta voix douce, tu iras partout dans la vie.
Je l'ai retenu ce compliment, tout les jours j'en use. Au bureau, en famille ou avec les enfants, je les mène toujours là où ils doivent aller (ou serait ce plutôt là où je veux qu'ils aillent...?)

Je suis une bonne copine. La pote qui écoute pendant des heures, qui fait rire quand les larmes coulent, qui organise des repas de nanas tous les deux mois, où on est une quinzaine à se fendre la poire et à oublier nos dégoûts.
Celle qui décide au pied levé de mobiliser tout le monde pour un annif, une peine de coeur ou une naissance.
Un peu comme un maillon fort dans la bande. De la quinzaine de copines dont je parle, si une seule lisait mon blog, elle serait effondrée de me savoir faible, personne ne le soupçonne.
Je le reproche d'ailleurs dans ma tête: et moi quand je vais mal, qui est là pour moi à part X? Personne! (mais je ne leur ai jamais rien dit non plus....)

Je suis d'une intolérance rare envers ceux qui m'ont blessée.
La maxime "tends ta deuxième joue pour qu'on te refrappe", ça marche pas chez moi.
Le pardon peut être, l'oubli jamais.
ça donne des relations très froides avec les gens avec qui j'ai un conflit, pas nombreux heureusement. Je suis incapable de les regarder dans les yeux, c'est mon "truc" à moi. Avoir un "oeuf à peler" avec quelqu'un et rester égale à soi même, c'est au-dessus de mes forces.
Y a toujours un moment, où ça va revenir sur le tapis. Je crois que je suis du genre "chiante" :-)

Je suis totalement et définitivement spontannée, distraite et dépourvue de mémoire.
Au risque de parfois blesser ou vexer ma meilleure amie adepte de la perfection du détail.
Les exemples sont légion où elle me sert de "cerveau".
"Ne prend pas ce rendez-vous là car tu vas chez le dentiste ce jour là"
"N'achète pas ça, t'as acheté le même il y a deux mois"
Ah bon...?
Telle histoire me tracasse, telle personne n'a pas été correcte.
Mon sang ne fait qu'un tour et c'est parti, je prends le téléphone et en parle, ou je prends la voiture et je vais la voir, faut "clarifier".
Evidemment, j'ai pas cherché à savoir si telle personne serait présente, alors que je viens de me taper 200 kilomètres.
Autant je peux être diplomate autant j'oublie de tourner ma langue dans ma bouche 7 fois avant de parler.
Bref, des petits détails qui parfois me rendent pénible.
Distraction et orientation. ça rime. et chez moi c'est pire qu'une rime, c'est un synonime, une paire de frères.
J'ai déjà parcouru des dizaines et des dizaines de kilomètres avant de m'apercevoir que je suis dans la mauvaise direction...
Cet aspect de mon caractère est devenu une anecdote entre nous.
A un carrefour inconnu mon mari me demande souvent: bon et maintenant on va par où? Moi le nez dans la carte et sure de mon fait, je lui dis: droite.
A chaque fois il prend gauche, l'inverse de ce que je dis, et invariablement, c'est la bonne direction.
Bref on apprend à vivre avec mais c'est tout de même pénible pour soi (un peu) et pour les autres (beaucoup)

Je suis une passionnée. De courte durée parfois mais passionnée. Je teste, j'essaye, j'y passe des heures, j'en perdrais le sommeil mais tant que je n'y arrive pas, je lâche pas.
Cela ne s'applique évidemment qu'à ce qui me passionne.
Tout ce qui est manuel par exemple, j'y mettrais même pas une main.
Couture, jardinage, scrabooking, broderie .... je vais plutôt réussir à me blesser qu'autre chose.

Voilà un aperçu pas très clair peutêtre mais assez honnête de mon caractère.
Pas évident tiens de s'avouer ce genre de choses.
Je vais peutêtre retenir la méthode pour ceux qui m'entourent :-)

6 commentaires:

l'ex a dit…

Il faut être très introspectif pour se connaître autant. C'est sans doute plus facile de devenir meilleur quand on connaît nos travers que lorsqu'on les renit.

DesCrisEnLigne a dit…

C'est surement plus facile de devenir meilleur en se connaissant ainsi, mais si je me connais autant c'est surement parce que je repète souvent les memes torts..
ce qui prouve que bien souvent je deviens pas meilleure lol
Bref, je fais ce que je peux mais je peux pas tout faire
J'ai une vie pour me corriger :-)
Juste pour revenir sur ton dernier post: ici on lit des chagrins des joies des anecdotes et des histoires. Chacun en prend ce qu'il veut, je souhaite pas lui miner le moral pour la journée et je demande pas qu'on brûle un cierge pour ma peine.
Chez toi c'est pareil :o) moi perso j'y vais car tu me donnes une bouffée d'air tu me fais penser à autre chose et tout en evitant d'aborder certains sujets, tu les taits parfois avec autant de richesse qu'on le devine, qu'on les entend.
La liberté de penser et à présent la liberté de l'écrire, est la seule qu'on ne nous enlèvera jamais.Et puis comme te l'a dit très justement un commentateur, le fait de penser à autre chose (comme le fait de penser aux peines des autres) nous fait bien oublier les notres.
(et juste pour finir: je me demande pourquoi je fais ici un commentaire sur ton post lol)

Pourquoi moi? a dit…

C'est d'une grande honnêteté, descrisenligne (je peux t'appeler 'cris'?)

Le blog nous permet de nous présenter de la manière que l'on veut. De vouloir présenter ce que tu considère ta vraie personnalité prend du courage et de la maturité.

Et je suis d'accord avec l'ex (la vraie, pas la mienne lol), pour corriger un défaut, il faut d'abord l'identifier. ET même en t allant un à la fois, ça ne devrait pas te prendre toute une vie. Tu as une sacrée longueur d'avance sur le commun des mortels.

DesCrisEnLigne a dit…

Coucou "pkmoi",

tout d'abord merci de ta visite.
ensuite je ne sais pas si j'ai du cran c'est finalement assez "facile" de s'en ouvrir de cette façon à des inconnus bien lointains et surtout susceptibles d'être capables de tolérance puisqu'ils ne cotoyent pas mes défauts ;o)
(même si après relecture je me suis dit que j'étais bien affreuse à vivre par moments...)
preuve de maturité je suis assez d'accord par contre, la maturité va de pair avec ton vécu (dieu merci pas avec l'âge sinon je me prendrais pour un vieux dinosaure lol) et de ce fait, nos vies et ce qu'elles comportent nous donnent certaines leçons de vie et nous guident dans nos choix futurs.
PS: J'ai été heureuse de t'accueillir chez moi et tu peux m'apeller 'cris' :-)

M a dit…

étonante cette transparence,
j'admire ton audace et en même temps, je comprends qu'on imagine que personne ne nous connais vraiment parmi nos lecteurs....

Cependant, qu'ils nous connaissent ou pas, cet espace que l'on imagine nous ressemble inévitablement.

J'aime ton espace et vraiment je suis chanceuse de pouvoir te découvrir ici!

Giulia a dit…

Je pointe... et bien que te dire à part... tout pareil ! enfin sauf pour le sens de l'orientation et les activités manuelles (koiça j'me la pète ?)

"Depuis toute petite, je me gère, moi et les autres. Alors j'ai sûrement du mal à laisser quelqu'un d'autre le faire à ma place mais j'ai aussi du mal de ne pas être aidée..." => je plussoie