mardi 2 janvier 2007

De l'art de dire

Quand j'ai commencé ce blog, j'ai d'emblée signalé mes envies, l'essentiel que je réservais à mes récits. Une sorte de journal intime qui me libérerait de quelques ressentis profonds qui me minaient.
Au fur et à mesure des billets, force m'est de constater que la ligne éditoriale choisie (expression piquée là: http://penseesderonde.canalblog.com/) n'était résolumment pas celle que la plupart des lecteurs attendait.
A savoir que si je couche ici mon parcours de vie, mes pensées sans complaisance et aussi les drames les plus profonds qui ont pu me secouer, ça ne rencontre que très rarement ce que des gens ont envie de lire.
Ce qui est assez marrant c'est que finalement c'est exactement la même chose que dans la vraie vie. Quand des personnes étendent leurs malheurs quels qu'ils soient, les interlocuteurs se sentent mal à l'aise car ils ne savent quelle réaction avoir afin de ne pas les blesser et aussi par l'indeféctible sensation que quoi qu'ils disent, ce sera vain car devant de tels drames ou chagrins on ne sait quoi répliquer.
Ce constat m'est venu devant le peu de visites ou de commentaires laissés.
J'ai donc décidé d'alléger le contenu de mon site de façon discrète afin de ne pas me voir classer éternellement dans la catégorie des cas desespérés qui feraient pleurer dans les chaumières.
Si je ne peux changer ma vie, du moins mon passé et mon vécu, je peux en tout cas essayer d'alléger mon présent et mon futur et par là même mes écrits.
Vous rendant j'espère la lecture plus agréable.
Une question s'est rapidement imposée dans mon esprit: n'est tu pas en train de faire exactement le contraire de ce que tu voulais au départ, à savoir un coin à toi où tu pourrais te libérer sans contrainte, sans avoir à rendre de comptes?
Et j'en suis arrivée à la conclusion que ce blog était bénéfique car il me permettait de narrer certaines douleurs, mais aussi car il me dictait en quelque sorte des autres directions, et que par là donc je m'ouvrais à d'autres sujets et me libérais.

Après relecture, ce post s'apparente étrangement à un bilan d'année comme d'autres pourraient le faire après 365 billets quotidiens. Je n'ai évidemment pas la longévité nécessaire à ce genre d'écueil, je le fais donc à mon échelle.
A l'aube de cette nouvelle année, je ne promettrais pas ici douze mois de blog intensif, ni des changements radicaux dans ma façon d'être mais en tout cas des billets reflétant ce que je suis et m'apprête à devenir, à savoir une jeune femme à 6 ans de la quarantaine, libre dans sa tête et de plus en plus liberée dans son esprit, et bien décidée à croquer dans la vie.

Belle année encore à vous tous.

11 commentaires:

Doparano a dit…

L'important c'est pas le nombre de lecteurs, ni le nombre de commentaires laissés, c'est bel et bien le soulagement que procure l'écriture.

Tant mieux si ça plait, tant pis si ça plait pas, mais toi, tu dois en tirer du positif.

Ne change pas pour nous, change pour toi.

Bisous xxx

Marchello a dit…

Six ans de la quarantaine, en trichant juste un peu tu peux étirer ça sur une douzaine d'années. Dans ton titre: "Thérapie par les mots - Divan sans facture" que c'est donc bien songé!" J'achète, je te met dans mes favoris.

DesCrisEnLigne a dit…

Bonsoir Do, ce n'est en effet pas le nombre de visites qui compte, on a beau tous se le dire, on réfléchit tout de même. Un peu comme si tu cuisinais pour 30 personnes en te donnant du mal mais que seuls 2 en mangent :-)
Néanmoins je continue de me livrer de la meme façon, seulement sur certains points de vue je cuisine du light, pour ne pas "heurter" effectivement certaines personnes mais surtout aussi et j'y crois alléger mon esprit.

DesCrisEnLigne a dit…

Marchello, le sous titre de ce blog porte toujours très bien son nom, ça a pour moi un effet thérapeutique, et c'est tout ce qui compte à mes yeux.
Au plaisir de te revoir ici

fabilou a dit…

Mais ceux qui te lisent sans rien dire, c'est peut-être simplement comme s'ils t'écoutaient sans rien dire. Ca ne les empêche pas de t'écouter. Seulement ça ne se voit pas puisque tu ne les as pas en face de toi.
Do a raison selon moi. Si tu changes pour les autres, tu resteras avec du non soulagement.
Si tu veux, je veux bien venir t'écrire chaque fois que je suis venue te lire.
Mais c'est tellement beau comme tu écris, que dire de plus ?

M a dit…

Peu importe ce que tu choisiras,
je lis et relis tous ces mots si bien alignés sur tes pages
et ces mots que tu choisis, tristes ou drôles sont un plaisir à lire...

DesCrisEnLigne a dit…

Fabilou, bienvenu (e?) dans ce petit espace commun. Je ne te cache pas que ça fait toujours plaisir d'accueillir de nouvelles têtes qui nous lisent le plus souvent sans mot dire par timidité ou pudeur tout simplement. Moi même lectrice assidue de dizaines de blogs je commente peu, donc je comprends. Néanmoins, ce que j'ai voulu dire dans le post précédent c'est que à trop parler "personnel" on met peut etre indirectement mal à l'aise des personnes qui ne sont pas prêtes à lire certaines choses ou qui n'ont tout simplement pas envie de les lire.
C'était une réflexion comme tant d'autres qui me traversent l'esprit par tout temps.
D'un autre coté même si je sais qu'à l'instar d'un livre je devrais raconter des choses qui se tiennent afin que le tout n'ai pas l'air trop décousu, je me refuse à "formater" mes écrits pour les autres, donc c un peu compliqué, mais ça doit être dans ma nature.
Donc tout commentaire, regard et par là même, lien avec mes lecteurs est le bienvenu, mais en aucun cas une obligation. Ce serait bien le diable que je me refuse des obligations tout en les opposant à d'autres :-)
Au plaisir

DesCrisEnLigne a dit…

M quel plaisir pour moi de te lire, tu maries des mots que je serais incapable d'associer, tu construis des phrases sur tes vécus
avec tant de beauté, que tes posts me laissent toujours en réflexion quand ton blog je viens de quitter.
Je susi heureuse d'avoir des lecteurs et lectrices pleins de bon sens qui me comprennent et m'aident à cheminer plus loin.
J'évolue mais je change pas, j'adoucis mais je mens pas, je m'adapte mais je ne me déguise pas.
On parle pas ici d'une nouvelle version de blog comme le nouveau:mi-tempsblogueuse 2.0
Juste une forme différente mais qui est déjà en place depuis quelques temps.
A vous tous là qui lisez, avec ou sans des mots enoncés, merci tout simplement.
Do, toi, juste toi, surtout toi, pour des raisons que tu sais, pour celles que tu ignores, tu m'as tenu la main lors de mes premiers pas et tous mes pas font maintenant une belle route :-)

Pourquoi moi? a dit…

Que tu porte bien ton nom, descrisenligne. Malgré qu'on se dise que l'on écrit que pour soi-même, on est très sensibles aux statistiques et aux commentaires.

Et plus ton écriture s'adresse à un large public, plus les commentaires reçus risquent de moins coller à ton toi profond. Pas facile de trouver un équilibre...

DesCrisEnLigne a dit…

Je le sais pkmoi... je me susi posée pas mal de questions tu sais avant de prendre une quelconque décision mais j'avais envie d'en parler et d'avoir votre avis.

Dextra a dit…

Good words.