jeudi 1 février 2007

Ah les blondes...

Bon, je vais moi aussi y mettre mon grain de sel et essayer de donner mon avis sur le sujet, épineux s'il en est, sur cette fameuse loi anti tabac. Epineux, car il y en aura toujours des pour et des contre, des moderés et des intolérants.
Je suis moi meme fumeuse depuis bien trop longtemps. Je ne fume jamais dans mon bureau, d'abord par respect envers un patron non fumeur et un collègue ex fumeur, ensuite parce que l'odeur en elle meme dans un espace restreint me dérange.
A table (si je me trouve dans un lieu fumeur), j'attends toujours que les personnes m'accompagnant aient terminé leur repas, je ne me permets jamais de fumer dans un lieu classé non-fumeur et jamais je ne fume chez des non-fumeurs, sauf si eux-mêmes me le proposent. Je respect entièrement le droit de celui que la fumée insupporte, comme je respecte au jour le jour et dans toutes les circonstances, mes semblables.
Cette loi aura du bon si d'une part elle libère les non fumeurs des nuisances odorantes et autres qui pourrissent leur quotidien, d'autre part elle sera de mes deux mains grandement applaudie, si certains arretent definitivement ou meme diminuent leur conso.
Là où le bas blesse à mon sens, est cet effet de nouvelle à échelle nationale et les extrêmes que cela genère. Hier encore à la télé, on montrait des propriétaires interdire les gens de fumer chez eux sous peine d'exclusion ou encore au Japon des rues entières non fumeurs (sous peine d'amende avec police anti tabac et tout l'attirail).
A quand des brigades de gendarmerie dans les rues pour donner des contraventions aux obèses usant de manière anormale le sol qu'ils foulent ou des flicquettes apostrophant les gens de taille anormalement grande, car ils empêchent leurs semblables plus petits, de jouir du paysage?

Si la démarche de l'état reste honorable sous le couvert de veiller à la santé des non fumeurs et réconcilier avec la vie, celle des fumeurs, la démarche me laisse un peu songeuse.
Je n'aime pas être reléguée dans une case qui est celle des fumeurs, pollueurs et qui dérangent.
J'ai de l'éducation et du respect, et je sais m'y tenir.

Oui, on pollue, oui on dérange notre entourage et oui on est sûrement dangereux.
Oui on coûtera peutêtre très cher à la sécu si d'aventure on réussit à vivre longtemps avec son cancer. (Stats: chaque cigarette fumée abrège la vie de 11 minutes, on estime la perte moyenne d'espérance de vie à 20 ans, sachant que la plupart du temps cela se termine par une mort avant 65 ans - ce qui à peu de choses près est l'âge de la pension que l'on ne verra jamais et pour laquelle nous avons économisé toute une vie)
Et oui hélas, trois fois hélas, ce n'est pas qu'à notre vie qu'on porte atteinte mais bien à celle de tout notre entourage.
Mais le vrai passage obligé ne serait il pas seulement dans le mot "éducation"? Si on avait depuis le début oublié les gains exorbitants que cela génère, l'équilibre économique qu'il aurait fallu réinventer avec des vraies mesures et des vrais efforts d'état, on aurait surement pu trouver un compromis.
Pourquoi ne pas changer (à échelle mondiale) la composition de la fabrication des cigarettes, de manière à la rendre moins nocive, et la délester des matières telles que acétone, méthanol et autres arsenics, destinés à rendre tout fumeur accro de sa blonde ou brune?
Pourquoi depuis toujours ne pas avoir respecté les droits des non fumeurs? Est ce seulement les fumeurs qui ont depassé les bornes? ou l'état qui pendant des années a laissé faire ou même incité à faire?
Si depuis toujours la plupart des lieux publics prévoyaient de manière obligatoire un espace hermétique dedié à la fumée, si depuis toujours on avait mis en avant des vraies campagnes anti-tabac plutôt que nous laisser nous extasier sur le beau cowboy de chez Malboro, en sera t on là?

Nous sommes le 1er février 2007, la cigarette a bien du apparaître en France vers le 19ème siècle. La société SEITA (Société d'exploitation Industrielle du Tabac et des Allumettes) a d'ailleurs été créee en 1926, dans le but premier de renflouer les caisses de l'état mises à mal après la Première Guerre Mondiale.

Les pays scandinaves, précurseurs de tous bords, ont depuis bien longtemps alerté les pouvoirs publics et discipliné leurs habitants.
La presse américaine fait depuis de longues années ses choux gras sur le dos des cancéreux en phase terminale qui attaquent les grosses sociétés de tabac en justice, pour réclamer des dommages et intérêts.
Pourquoi donc alors que l'on se veut un pays discipliné et en avance sur son temps, a t on mis si longtemps à prendre des mesures radicales à l'encontre des fumeurs?
M'est avis que les 82% du prix du paquet de cigarettes que l'état met en toute bonne conscience dans sa poche, n'y sont pas étrangers.

Ce post ne va sûrement pas me faire des amis mais je tennais vraiment à en parler, car je suis concernée ainsi que vous, et donner mon avis fait partie de mes droits (non pas de fumeuse, mais de citoyenne) et par la suite écouter le votre, fait partie de mes devoirs.

8 commentaires:

Marchello a dit…

Bonjour Chez vous, je tenais à préciser que c'est surtout la nicotine qui rends les fumeurs accro. De plus selon un très sérieux rapport du ministère de la santé du Massachusetts, entre 1998 et 2004 les compagnies de tabac ont réussis à augmenter de 10% le taux de nicotine par gramme de tabac. Pourquoi les compagnies de tabac font elles ça. Une seule raison c'est que les fumeurs fument plus en étant plus accro et que se soit de plus enplus difficile d'arrêter. Moi je vois très bien une loi obligeant les fumeurs à avoir une prescription médicale pour acheter des cigarettes. Ainsi nos jeunes ne pourraient pas s'en procurer facilement et les "doper" se conscientiseraient plus aux cotés malsains de leur vilaines habitudes.

tirui a dit…

non-fumeur vivant au milieu de non-fumeurs, je ne me sens pas trop concerné par tout le battage médiatique sur ce sujet. A ma petite échelle je ne comprends pas pourquoi on va interdire aux instits de fumer dans la cour de récré où ça ne dérange et pollue personne, tandis que je continue de constater que des gens fument dans ma galerie marchande hanituelle où ça me dérange et où c'est interdit depuis longtemps. Quand on n'est pas capable de faire respecter les lois existantes et raisonnables on en fabrique de nouvelles, moins raisonnables, qu'on sera encore moins capable de faire respecter ? quelle drôle de façon de gouverner et de légiférer.

Dominique a dit…

Juste une précision. Il est un rien abusif d'envisager les pays scandinaves comme un tout, bien homogène. Pour avoir vécu 5 ans au Danemark et m'y être fait plus enfumer que partout ailleurs, j'ai comme un sourire sur ta phrase, là... Mais bonne nouvelle, la Reine du Danemark a décidé, il y a peu, de ne plus fumer lors de ses discours en public :D.

DesCrisEnLigne a dit…

Marchello:je suis entièrement d'accord avec toi. Mon billet ne voulait en aucun cas refléter une révolte contre les non fumeurs, mais bien démontrer que les pouvoirs publics sont les premiers fautifs.Ce battage médiatique et la stigmatisation du fumeur m'énervent au plus haut point, c'est tout (et non pas parce que je suis fumeuse, ou en tout cas pas seulement parce que je le suis)
Tirui:je suis entièrement d'accord avec toi et je conçois et je ferais de meme si j'étais moi meme non fumeuse, de ne pas me sentir atteinte par ce genre de loi.
Y a des fumeurs respectueux de leur entourage et d'autre qui ne le sont pas, mais le problème ne vient pas de leur statut de fumeur mais bien de leur personnalité et éducation. Pour l'anecdote, j'ai un jour été amenée à aller avec mon aîné chez un médecin de garde que je ne connaissais pas, j'arrive dans son cabinet et il fumait le cigar, j'en ai été estomaquée.
Dominique: merci de ta visite tout d'abord. ensuite merci des précisions car je n'ai évidemment pas l'expérience des lieux que je cite et je te remercie de me corriger grâce à ton quotidien voyageur, ainsi que j'avais nommé ton blog dans ma blog list, à ses débuts. Au plaisir de te lire :o)

fabilou a dit…

Bonjour,
Je n'ai jamais fumé. Même pas essayé pour voir. Et j'ai 43 ans. Pourtant , je suis entièrement d'accord avec toi. Ce n'est pas en traitant une catégorie de la population comme des pestiférés qu'on va les aider à arrêter la cigarette s'ils le désirent.
Quant au problème d'éducation, ce n'est pas que dans les histoires de cigarettes qu'ils se font ressentir.
Je salue ton profond respect des autres. Je l'apprécie peut-être d'autant plus qu'il m'est arrivé d'être victime d'une fumeuse indélicate.

DesCrisEnLigne a dit…

Fabilou: c'est clair que malheureusement, l'absence de respect des autres ne se ressent pas qu'au niveau tabac, mais je susi convaicue que de là vient une grosse partie du problème.
Ce qui profondément me dérange n'est pas le fait de devoir m'abstenir de fumer dans certains lieux ce que je trouve logique, mais bien ce que j'ai lu sur certains blogs traitant du sujet, puisqu'il est d'actualité et où des gens disaient, ok ils vont qd meme pas se plaindre, ils enfument le monde depuis des années pis ils s'étonnent de choper des maladies et d'en mourir. j'ai bondi d'indignation, c'est comme dire à un sidéen, t'etonnes pas après tout t'es homo!
C'est à croire que le dégout et les nuisances que les non fumeurs ont du endurer depuis des années leur ont apporté une solide dose d'intolérance.

fabilou a dit…

Depuis environ 12 ans, il y a chez moi, discrètement sur l'interrupteur à côté de la porte d'entrée un autocollant d'interdiction de fumer. Parmi les personnes qui l'ont remarqué, il y eu un fumeur. Il n'a rien dit mais qqs jours plus tard, à l'école, il criait pour tout le couloir en parlant à sa gamine : "Et tu n'iras plus jouer chez la gamine dont la grosse vache de mère interdit de fumer chez elle". Je me suis retournée : "Monsieur, quand on est un homme et qu'on a des tripes dignes de ce nom, on dit en face aux gens ce que l'on pense d'eux. Mais vous n'avez sans doute ni tripes, ni jugeote, sinon, vous m'auriez demandé poliment le pourquoi de cette interdiction". Il est resté bouche bée.
Le pourquoi de cette exigence de ma part est l'asthme du père de mes enfants mais j'ai attendu qu'il vienne me le demander pour le lui expliquer.
Alors, je crois que oui, certaines victimes peuvent devenir excessives. Il y a parfois de quoi. Mais je pense qu'il ne faut pas se tromper. Quand je croise mes collègues qui fument dvt la porte, cet hiver, je ne peux pas m'empêcher de leur recommander de ne pas prendre froid. Certains n'osaient pas prendre leur manteau à cause des remarques d'autres collègues. Un comble !

DesCrisEnLigne a dit…

Fabilou: c'est ce genre de personnagge qui me dégoute le plus. Ceux qui sont extremes dans leur non respect des autres. Autant j'ai connu des non fumeurs ou pire ex fumeurs intolérants autant j'ai cotoyé des fumeurs cause desquels je m'abstenais d'en allumer une, tellement leur comportement de "tout m'est permis" me faisait honte.