jeudi 28 décembre 2006

Il était une fois

Une jeune femme convaincue quelque part en elle même qu'elle n'était pas digne d'attention, que les autres ne l'aimaient pas et qu'elle était la seule à faire plaisir à son entourage sans rien recevoir en retour.
La plupart du temps elle faisait bonne figure, omettait de dire de mauvais mots et tentait d'oublier par l'humour ce qui la chagrinait.
Néanmoins lors de son anniversaire, à la fête des mères ou à Noël, elle avait grande peine à réprimer un reproche ou deux, lorsque l'oubli assaillait son conjoint et qu'il omettait de la fêter ne fut ce qu'un petit peu.
En ce Noël 2006, alors qu'elle faisait le tour de sa énième liste des courses et des cadeaux pour satisfaire tout son monde, elle demanda à son époux sur un ton (disons le) un brin cynique: c'est bon, toi t'as pas de courses à faire, tu les as tous tes cadeaux de Noël?
A quoi il répondit: moi c'est ok, j'achète rien comme d'hab, tu le sais bien quand même?
La réponse n'était évidemment pas celle qu'elle attendait et un pincement au coeur plus tard, elle tenta de penser à autre chose, tout en le maudissant intérieurement.
La veille de la naissance de l'enfant Jésus, c'est peu dire qu'elle n'était pas tout à fait habitée de pensées très chrétiennes...
Les invités arrivent, tous les cadeaux sont installés au pied du sapin, elle s'affaire à un quelconque rangement au salon quand elle aperçoit.... un énorme paquet posé contre le mur.
Elle s'y reprends à deux fois pour saisir ce que c'est: un bonhomme de neige.
Non pas un de ceux qui auraient fondu en un clin d'oeil par la chaleur émanant de la cheminée toute proche, mais un avec un corps enrobé de papier jaune, avec une tête verte et deux bras confectionnés avec des morceaux de bambou avec des gants en caoutchouc. Sur son ventre, quelqu'un avait dessiné des gros boutons pour simuler un manteau et un peu plus bas, une main avait écrit: un bonhomme de neige pour DesCrisenLigne.
La jeune femme ne cesse de s'interroger sur le mystérieux cadeau, c'est visiblement pour elle et elle se maudit d'avance d'avoir plus ou moins silencieusement reproché à son époux d'avoir oublié son Noël...
La soirée avance, les enfants sont de plus en plus excités, on décide donc de ne pas attendre minuit comme le veut la tradition familiale pour ouvrir les cadeaux.
Le sien elle l'ouvre en dernier et y découvre un objet qu'elle convoite depuis des années, qu'elle a toujours désiré sans oser se l'offrir et qui lui fait monter des larmes aux yeux...
Son époux, celui qu'elle taxe bien souvent (même si avec raison) d'inattentif, de froid et d'indifférent, avait cherché et trouvé un cadeau qui aurait pu lui faire réellement plaisir. De plus il avait passé du temps à l'emballer, avait soigné son apparence et maintenu le suspens.
Ca doit être ça ce qu'on apelle la magie de Noël...

4 commentaires:

Marchello a dit…

C'est beau de nous partager ça, CrisEnLigne. Il y en a beaucoup de Maman comme ça qui donne, donne, donne sans jamais rien recevoir jusqu'à ce jour où quelqu'un allume. Ça vaut l'attente, dit-on. Pe.

DesCrisEnLigne a dit…

Marchello, je le partage ici avec vous, car le geste m'a réellement touchée...il faudrait maintenant que je le partage avec lui, dignement, autrement que par un merci timide avec des larmes plein les yeux et que je lui dise que c'est important pour moi de se sentir choyée.
Encore un soucis de communication (moi qui pourtant en fait mon métier) dans les relations qui nous sont les plus proches, à cause d'années de solitude au sein même d'un couple.
Mais je compte bien y arriver, même si ça doit être ma dernière bonne résolution pour 2006!

Doparano a dit…

Puisque ce n'est pas une habitude pour lui, je crois que l,effort est louable et mérite que tu lui dises à quel point son geste t,as touchée. En même temps je me dis que le merci et les larmes aux coins des yeux devraient suffire aussi.

Après tout, on ne donne pas pour les mercis qui viennent au bout.

DesCrisEnLigne a dit…

Effectivement Do, il me faudrait prendre le temps et le courage (car c'est de cela qu'il s'agit, rebâtir une relation de confiance où la communication et la complicité ne sont pas tabous)de le lui montrer, m'ouvrir un peu à lui...